samedi 3 octobre 2009

HOTEL PARTICULIERS DISPARUS A PARIS : L'HOTEL DE BEAUVAIS DU FAUBOURG SAINT GERMAIN



"Le doge de Gênes, amené à Paris, avec quatre de ses sénateurs, par Colbert de Seignelay, le fils du grand Colbert, pour faire pardonner aux Génois d'avoir fourni des frégates à l'Espagne, venant faire ses soumissions en l'an 1686, est descendue à l'hôtel de Beauvais, que Pierre de Beauvais, conseiller du roi, avait acquis d'une Dampierre, veuve de Foucaut de Saint-Germain, Comte de Dognon, vice-amiral et maréchal de France, cessionnaire elle-même de la marquise d'Antin, née Zamet, la donataire de Zamet, évêque de Langres." (Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, Charles Lefeuve, 1875)

Tant de raretés sans pareilles,
Tant de tableaux bien colorés,
Tant de brillants lustres dorés,
De porcelaines et de vases,
Qui pouvoient causer des extases,
Et le tout si bien agencé
Et si proprement compassé,
Que le Roy, Reine et Monsieur même
Y prirent un plaisir extrême.

PETIT CANON SUR LEQUEL FIGURE LES ARMOIRIES DU MARECHAL DE FOUCAULT DE SAINT GERMAIN BEAUPRE SURMONTEES D'UNE COURONNE DUCALE

Sur la base Palissy de l'inventaire général du patrimoine se trouve une petite pièce d'artillerie en bronze, tronquée d'un tiers, mesurant 47 cm de longueur. Il s'agit de toute évidence d'une pièce de fantaisie ou d'un jouet. L'intérêt réside dans le décor de la pièce. Comme les canons du XVIe siècle la volée est semée de fleurs de lys, porte deux ancres croisées et un bandeau (sans inscription) identique aux canons de marine du XVIIe siècle, la culasse porte les armes de la famille de Foucault : d'azur semé de fleurs de lys d'or, l'écu étant sur deux ancres croisées et surmonté d'une couronne ducale.

PRECISION SUR LE BLASON DES FOUCAULT : En 1762, par procès-verbal dressé au château de Saint-Germain, il fut constaté que l'écu d'azur, semé de fleurs de lys d'or, adopté par erreur pendant plusieurs siècles par les seigneurs de Saint-Germain Beaupré, était le sceau de la baillie de Limoges, et que les armoiries de cette maison étaient anciennement un lion, comme on le voyait dans la chapelle du château et au bas du testament de Guy de Foucault, seigneur de Saint-Germain, de l'an 1278, scellé de son sceau, représentant un lion, surmonté d'un lambet. Jean de Foucault, seigneur des Ecrignelles, ayant épousé une héritière d'une famille qui portait une croix ancrée, ses descendants ajoutèrent cette croix à leurs armes, et au lieu d'un lion ils en mirent deux dans l'écu, pour la supporter. (Archives Généalogiques, M. LAINE, 1830)