dimanche 1 novembre 2009

VOYAGE "CHATEAUX ET JARDINS AUTOUR DE PARIS"


Henri de Breteuil (mort en 1916) inspira Proust pour son personnage d’Hannibal de Bréauté dont il porte les mêmes initiales « H.B. ». Veuf de Constance de Castelbajac, il épouse en seconde noces une américaine, Marcelite Garner dont il aura 2 fils, François et Jacques. Henri et Lita font de gros travaux à Breteuil où ils reviennent à un jardin à la française dans la plus pure tradition. Les paysagistes, Henri et Achille Duchêne, créent les magnifiques parterres et le miroir d’eau qui accompagnent si bien les façades et sont toujours visibles aujourd’hui. C’est dans ce château nouvellement rénové que le jeune Prince de Galles, futur Edouard VIII et Duc de Windsor va longuement séjourner en 1913. Henri de Breteuil meurt en 1916 et son épouse en 1943. Breteuil a été occupé en 1940, 1942 et 1944, et enfin libéré par une unité de l’armée américaine sous les ordres du commandant Burgess. François et sa femme, Martine de Breteuil, actrice, ont eu un fils, Henri-François qui redonne vie au château depuis 1967 avec sa femme Séverine Decazes. Sous l’instigation du Baron de Breteuil, les émissaires se sont réunis à Teschen, petite ville actuellement partagée entre la Tchéquie et la Pologne. Les routes pour y accéder étaient exécrables et les distractions inexistantes. Teschen ne possédait même pas de théâtre ! Les conditions étaient ainsi réunies pour abréger les négociations. Celles-ci ont tout de même duré 4 mois, la paix a été signée le 13 mai 1779 et la Table dite de Teschen a été donnée au Baron de Breteuil en reconnaissance pour la paix retrouvée. Cette table, objet d’art sans égal, à la fois meuble et bijou, est l’œuvre du grand orfèvre minéralogiste saxon Neuber. Partisan des libertés, Breteuil supprime les lettres de cachet et autorise Beaumarchais à faire jouer le Mariage de Figaro, pièce peu respectueuse de l’ordre établi. Cependant, durant son ministère, le 15 août 1785 éclate l’affaire du Collier de la Reine. Le Cardinal de Rohan est emprisonné. Après enquête, Madame de La Motte est déclarée coupable, le Cardinal est innocenté mais une campagne médiatique sans précédent se déchaine contre la reine. Les historiens y voient une étape importante vers la Révolution.