mardi 3 novembre 2009

VOYAGE "PALAIS ET JARDINS DE PARIS"



Fils de paysan sundgauvien, il poursuit ses études à Strasbourg puis à Paris, à l'École des beaux-arts en 1848 et fréquente l'atelier de Michel Martin Drolling puis, à la mort de celui-ci celui de François-Edouard Picot. Il emporte le grand Prix de Rome en 1858 et séjourne cinq ans à la Villa Médicis.

Il est l'auteur d'une œuvre abondante présente dans de nombreux musées. Il a une réputation de portraitiste et de dessinateur hors pair, apprécié de son vivant. Il est resté toute sa vie à l'écart des évolutions artistiques de son époque. Ses meilleurs tableaux, L'Alsace. Elle attend ou Fabiola, datent des années 1870 à 1890. En 1889, il est élu membre de l'Académie des beaux-arts.

Le musée national Jean-Jacques Henner, au 43 avenue de Villiers dans le 17e arrondissement de Paris, est consacré à son œuvre. Il occupe l'ancien atelier du peintre Guillaume Dubufe.

En 2007, une exposition invite à reconsidérer « cet artiste si souvent caricaturé et dont on ne retient en général que l’aspect le moins intéressant, ces femmes rousses multipliées à l’envi dans les années 1890/1900 » et met l'accent sur le puissant peintre religieux, le portraitiste pénétrant et le paysagiste à la sensibilité proche de celle de Corot.