jeudi 10 décembre 2009

SOIREE DANS LES ATELIERS LE TALLEC AVEC CLAIRE LE TALLEC, PETITE FILLE DU CELEBRE CREATEUR DE PORCELAINE AU VIADUC DES ARTS PARIS XII
























Camille Le Tallec est né dans le quartier de Belleville à Paris, d'un père breton originaire de Keryado alors près de Lorient et d'une mère picarde. Il fait ses études au lycée Voltaire, puis vit de petits métiers. Il est diplômé de l'École du Louvre où il soutient en 1929 une thèse sur la porcelaine de Nast au XVIIIe siècle. Il reprend ensuite en 1930, le petit atelier familial de décoration sur porcelaine de Limoges fondé par ses parents vers 1905 dans le 20e arrondissement de Paris, au 13, villa Faucheur. Rapidement, Camille Le Tallec décide de perpétuer fidèlement la grande tradition de décoration sur porcelaine de la manufacture de Sèvres en transformant l'entreprise artisanale familiale en atelier de céramique moderne d'une trentaine de peintres dépositaires de la tradition et du savoir-faire français de la peinture sur porcelaine du XVIIIe siècle et du XIXe siècle. L'atelier aura pour devise : « Ni copies, ni pastiches, simplement du travail bien fait ».

De 1930 à 1960, l'atelier prend de l'ampleur et sa renommée nationale et internationale s'étend aux tables les plus prestigieuses avec notamment des commandes réalisées pour la reine Élizabeth II d'Angleterre, les rois Mohammed V et Hassan II du Maroc, le Shah d'Iran Mohammad Reza Pahlavi, la République française, la Ville de Paris, et quelques grandes fortunes ou artistes. Il crée également à cette époque des décors spéciaux pour La Marquise de Sévigné, Marcel Rochas ou la maison d'orfèvrerie Puiforcat. En 1961, Camille Le Tallec entame une longue et fructueuse collaboration avec le joaillier américain Tiffany & Co qui aboutira en 1990 à l'achat et à l'intégration de l'Atelier Le Tallec au sein de la compagnie. Il décide en 1978 de transférer l'atelier de la villa Faucheur dans une annexe de l’École Boulle, rue de Reuilly dans le 12e arrondissement, ouvrant une nouvelle époque de modernisation dans les processus de réalisation des décors (utilisation de nouveaux fours électriques et créations de nouveaux décors contemporains). Depuis sa mort en 1991, l'atelier est entiérement géré par Tiffany & Co, qui a créé de nouvelles séries de décors originaux, ainsi que transféré l'atelier pour sa troisième époque dans le Viaduc des Arts sous la promenade plantée de l'avenue Daumesnil.

Camille Le Tallec, au cours de ses 60 ans de carrière de céramiste, comme il aimait à se définir lui-même bien que littéralement inapproprié, a ainsi maintenu la tradition française de la décoration sur porcelaine en revisitant, transmettant et préservant les techniques de réalisation de quelques 250 décors historiques et originaux signés aux marques Le Tallec. De façon étonnante, Camille Le Tallec n'a que très peu effectué lui-même les décors sur porcelaines qu'il concevait, se limitant à imaginer et dessiner les esquisses des décors qui étaient ensuite réalisées par les peintres de l'atelier. Cependant, il réalisa seul les émaux du chemin de croix de l'église Notre-Dame de la Paix à Saint-Étienne.

Par passion et par raisons professionnelles, Camille Le Tallec fut également tout au long de sa vie un très grand collectionneur, entre autres de porcelaines des différentes écoles et manufactures européennes du XVIe siècle au XIXe siècle, qui furent une source perpetuelle d'inspiration et des modèles pour les peintres de l'atelier. De 1935 à 1955, il réunit une exceptionnelle collection privée qui fût dispersée lors d'une vente aux enchères en 1990 par l'étude Tajan. De nombreux musées et grands collectionneurs acquirent les plus belles pièces. À partir de 1952, il fut membre de la section française de l'Académie des Beaux-arts de Naples.

Camille Le Tallec reçut la Médaille de Vermeil de la Ville de Paris en 1970 et fut élevé au grade de Chevalier de la Légion d'honneur par Edgar Faure en 1976.

(Source Wikipedia)