samedi 19 janvier 2013

LE CHÂTEAU DE BIZY : DU DUC DE PENTHIEVRE (BOURBON) AU DUC D'ORLEANS, PHILIPPE EGALITE

LE CHATEAU EN 1805 RACHETE PAR LE GENERAL LE SUIRE

Le Château de Bizy aujourd'hui après les restaurations des Orléans

Dès le XIVème siècle, la famille Jubert est propriétaire des terres de Bizy. En 1675, Nicolas Jubert de Bouville, conseiller d'Etat et intendant d'Orléans, élève la seigneurie de Bizy au rang de marquisat. Il fait construire un Château d'habitation. En 1721, le Duc de Belle-Isle achète le marquisat de Bizy. Il était le petit-fils du surintendant des finances de Louis XIV, Nicolas Fouquet.

Il conserve le Château de Jubert de Bouville et se concentre sur le parc. Il entreprend l'agrandissement du domaine, fait construire un réseau hydraulique pour alimenter le Château en eau, et aménage les jardins avec fontaines et jeux d'eau. Il a fait appel à l'architecte Contant d'Ivry considéré comme le "meilleur architecte d'Europe" qui a, entre autres, réalisé l'escalier d'honneur du Palais-Royal pour construire des bâtiments constituant une basse-cour. Aujourd'hui, les magnifiques écuries subsistent. Elles ont été construites à l'image de celles de Versailles.

En 1749, le Duc de Belle-Isle, devenu Maréchal en 1741, reçoit Louis XV et Madame de Pompadour. N'ayant pas eu de descendance, il lègue le château au roi Louis XV en 1759. Le roi échange alors Bizy avec la principauté de Dombes (dans l'Ain) au comte d'Eu qui le léguera à sa mort à son cousin, Louis de Bourbon, Duc de Penthièvre, petit-fils légitimé de Louis XIV et de Madame de Montespan.

Le duc de Penthièvre a la fortune la plus importante d'Europe mais il dépensait la plus grande partie de ses revenus à faire le bien et tenait à s'occuper personnellement des miséreux. A la Révolution, le Duc de Penthièvre continue à être acclamé : "Pourquoi le peuple me voudrait-il du mal? J'ai toujours pensé que le rang élevé analogue à ma naissance me dévouait à me sacrifier à lui".


En 1792, il s'installe définitivement à Bizy avec sa fille, Louise Marie-Adélaïde devenue, grâce à son mariage avec "Philippe-Égalité", Duchesse d'Orléans. Le Duc de Penthièvre meurt en 1793. Dans le journal de Perlet du 7 mars 1793, on pouvait lire : "le citoyen Penthièvre est mort... c'était le patrimoine du pauvre déposé par la Fortune entre les mains de la Vertu..." Les biens de la famille d'Orléans sont confisqués et la Château de Bizy est déclaré bien national et laissé à l'abandon. Des marchands de bien vont démanteler le Château des Jubert de Bouville et le vendre pierre par pierre.
En 1805, il est acheté par le Général Le Suire qui va construire une maison plus modeste en fonction de l'ancienne basse-cour du Duc de Belle-Isle, seuls bâtiments épargnés de la Révolution. C'est à dire à l'emplacement de l'actuel corps de logis.


Sous la Restauration, la Duchesse d’Orléans rachète ses biens dont le Château de Bizy.
Son fils Louis-Philippe, Roi des Français, va y séjourner fréquemment et y faire des aménagements : il réaménage la maison de Le Suire, fais construire les galeries vitrées pour fermer totalement la cour et fait agencer le parc à l'anglaise.

Les biens de la maison d'Orléans sont à nouveau confisqués, cette fois par Napoléon III, sont mis aux enchères et vendus par l’Etat. En 1858, le Baron Schikler rachète Bizy. Il conserve une partie des transformations de Louis-Philippe dont les galeries de la cour d'honneur et construit, à l'aide de l'architecte William A. White, la partie centrale, somptueux édifice de style néo-classique, conservé aujourd'hui. En 1909, le baron lègue Bizy à son petit-neveu, Louis Suchet, quatrième duc d'Albufera, descendant de Suchet, maréchal d'Empire et 1er Duc d'Albufera. Les d'Albufera, descendants des frères de Napoléon Bonaparte, sont encore aujourd'hui les propriétaires du château.