samedi 5 janvier 2013

HOTELS PARTICULIERS DE PARIS : OUVERTURE AU PUBLIC DES JARDINS DE MATIGNON LE 1er SAMEDI DE CHAQUE MOIS (de 13h à 17h)






HISTOIRE DE L'HOTEL DE MATIGNON


Jacques IV de Goyon-Matignon, Prince Jacques Ier Grimaldi


Jacques IV de Goyon-Matignon (1689-1751) hérite de l'hôtel Matignon. Par l'intermédiaire de sa femme Louise-Hippolyte Grimaldi, il devient prince de Monaco sous le nom de Jacques Ier Grimaldi. L'édifice passe donc par la suite à ses descendants, les princes de Monaco (l'actuel prince de Monaco, Albert II, porte pour cette raison, parmi ses nombreux titres, celui de sire de Matignon). 

La Duchesse de Galliera, née Brignole-Sale

Sous le Second Empire, l'hôtel fut acquis par Raffaele de Ferrari, duc de Galliera. Il prend alors le nom, dans l'usage, d'hôtel Galliera. Après la mort du duc et prince de Lucedio, en 1876, sa veuve Maria de Brignole-Sale, duchesse de Galliera et arrière-petite-nièce de la princesse de Monaco, issue d'une des premières familles de Gênes qui a donné de nombreux doges y réside jusqu'en 1886. 

Elle y vit seule entourée de quelque deux cents domestiques. La duchesse accueille gracieusement le comte de Paris au rez-de-chaussée de l'hôtel tandis que son fils réside dans une aile et qu'elle-même se réserve le premier étage et les jardins. Durant ces années de veuvage, Maria Brignole-Sale va faire preuve d'une incomparable générosité qui lui fera mériter le titre de grande philanthrope, elle finança écoles, hôpitaux, musées, maisons de retraites et œuvres pieuses et de charité tant en France que dans sa ville natale. 

Le comte de Paris y demeurait avec sa famille quand, y ayant organisé le 6 mars 1886 une somptueuse fête en l'honneur des fiançailles de sa fille aînée, la princesse Amélie d'Orléans, avec le prince héritier dom Charles de Portugal. La réception est strictement privée et ni le corps diplomatique ni des représentants du pouvoir n'ont été invités. Cependant, l'événement donne lieu à un énorme battage médiatique de la presse royaliste qui scandalise les républicains au pouvoir. Peu de temps après, des députés présentent un nouveau projet de loi d'exil devant la Chambre et celui-ci reçoit, cette fois, le soutien du gouvernement. Le 23 juin 1886, après bien des débats, paraît une nouvelle loi d'exil qui touche les prétendants au trône et leur fils aîné en les obligeant à quitter le territoire national ainsi que tous les autres princes français en les rayant des listes de l'armée. Averti des résultats du vote alors qu'il se trouve au château d'Eu, le comte de Paris prend la décision de quitter immédiatement la France. 

Après le vote de la loi d'exil contre la maison d'Orléans, la duchesse de Galliera offre son hôtel gracieusement à l'empereur d'Autriche-Hongrie, François-Joseph, pour en faire son ambassade après le décès de la duchesse, qui humiliée par l'ingratitude du gouvernement décide de quitter cette France qu'elle aimait tant pour finalement léguer ces merveilleuses collections non pas à la ville de Paris mais à celle de Gênes (Palazzo Rosso et Bianco)