vendredi 22 février 2013

Chouans et révolutonnaires en Bretagne : les Châteaux de Trévarez et Kervoazec

Chateau de Trévarez dans le Finistère

Le fief de Trégoazec appartenait autrefois à la famille de Kernezne dont un des membres fut Lieutenant du Roi Louis XIV à Quimper et, en 1653, Gouverneur de cette ville. Il n'y avait pas de château à Kervoazec à cette époque et les Kernezne habitaient le manoir de Trévarez à trois kilomètres de là. Pendant la Révolution de 1789, le domaine tomba, par le jeu des alliances, entre les mains de Pontbellanger, célèbre chef Chouans qui fut fusillé par les Bleus en 1796 à Quimper, après avoir été dénoncé par son épouse la Marquise du Greco. Cette dernière, après avoir milité dans les rangs des Chouans, devint la maitresse du Général Hoche, chargé par la République de mater la rébellion, chouanne. Dans le but d'éviter la confiscation de ses terres dont celles de Trégoazec par le Gouvernement Républicain, la Marquise accepta de trahir les Chouans. En qualité de veuve d'un héros de la chouannerie, elle avait ses entrées au P.C. du Marquis de Charette et du général Stofflet. Elle put donc aisément percer leurs intentions et renseigner son amant.Les Bleus, en reconnaissance des services qu'elle leur rendit, se contentèrent de raser l'église de Trégoazec, laissant intactes ses terres et son manoir de Trévarez. Le Général Hoche mourut en 1797 et la Marquise se remaria alors avec un des colonels de Hoche, Michel Bonte. Ce dernier se fit un devoir de continuer à préserver les biens de son épouse. De son coté, elle sut prendre soin de la carrière de Bonte en intriguant près de Louis XVIII pendant la Restauration. En 1842, le Vicomte de Pontbellanger, descendant de cette traitresse, vendit Trévarez et Trégoazec à François Montjarret de Kerjégu, issu d'une famille de notables de Bretagne qui avaient acquis nombre de biens nationaux confisqués aux chouans et s'étaient enrichis dans la banque, la fabrication du papier et l'armement naval à Brest. En 1870, James de Kerjégu construisit le château de Kervoazec sur le fief de Trégoazec. James, fils de François de Kerjégu et de Marie de la Villeferon, légua le château à son frère Louis, qui en fit don à sa fille Anne de Kerjégu. Cette dernière épousa, en 1880, le comte Eudes Adolphe de Rouvroy de Saint Simon (1854-1935), chef de la branche de Saudricourt de notre Maison. Ce fut donc par ce mariage que le château de Kervoazec entra dans notre famille. Berceau des Saudricourt pendant près de cent ans, il sera occupé par les troupes allemandes de 1940 à 1944 et abritera, dès la fin de la seconde guerre mondiale, Gérard et Eudes de Saint Simon Saudricourt. Le tombeau de famille des Saudricourt au cimetière de Saint Goazec abrite les sépultures de ses membres depuis 1880.

Ecrit par Monsieur de Saint Simon

mardi 12 février 2013

Alphonse XII et Marie Christine, le roi et l'archiduchesse - Arcachon abrite les amours naissantes du roi d'Espagne et de l'archiduchesse Marie Christine.

Alphonse XII et Maria Cristina de Habsbourg-Lorraine

Août 1879 : dans la torpeur de l'été, un jeune homme et une jeune femme apprennent à se connaître; ils sont promis l'un à l'autre, il est roi, elle est archiduchesse et c'est à Arcachon qu'ils sont venus faire plus ample connaissance avant un mariage forcément arrangé. Alphone XII, roi d'Espagne, est veuf à 21 ans, Marie Christine d'Autriche a elle aussi 21 ans. Alphonse veut aller faire sa cour à Vienne quand il apprend que Marie Christine va venir, sur avis médical, séjourner à Arcachon. Voyageant sous le nom de marquis de Cavadonga, le roi arrive à Arcachon le 22 août 1879. L'archiduchesse y est déjà depuis une dizaine de jours, installée dans la villa Bellegarde, près de la villa Monaco, en ville d'hiver, occupée par le roi. Les 23 et 24 août, les deux fiancés se rendent visite et remplissent leurs obligations protocolaires; ils sont aussi les hôtes de la famille Pereire, et se promènent des journées entières dans le parc du vaste domaine Pereire, au bord du bassin, à l'abri des regards et des paparazzi de l'époque. En ville d'hiver, les deux jeunes fiancés résident à quelques dizaines de mètres l'un de l'autre, lui dans la villa Monaco, elle dans la villa Bellegarde.


La  Villa Monaco, où réside le roi Alphonse XII à Arcachon

la Villa Péreire à Arcachon

lundi 11 février 2013

GÉNÉALOGIE DES HABSBOURG EN ESPAGNE ET L’HÉRITAGE DE CHARLES QUINT

Blason des Habsbourg avant la conquête de Grenade




Pour simplifier, des descendants du premier empereur de la famille, la branche principale, celle de Charles V (dit Charles Quint) n'ayant pas eu de postérité (d'où la guerre de succession d'Espagne), c'est la branche cadette qui portera le tître d'Empereur des Romains jusqu'en 1745. La dernière héritière directe des Habsbourg, l'Impératrice Marie-Thérèse, épousera le duc de Lorraine fondant ainsi la Maison des Habsbourg-Lorraine qui seront empereurs jusqu'en 1804.




GÉNÉALOGIE DES BOURBON D'ESPAGNE : LES GUERRES CARLISTES

Blason d'Espagne : Castille, Léon, Aragon, Navarre et Grenade

LES BOURBONS, ROIS D'ESPAGNE ET LES QUERELLES DE SUCCESSION

LIVRES : Philippe V, roi d'Espagne, petit-fils de Louis XIV de Suzanne Varga, aux éditions Flammarion, Pygmalion, 2011

Philippe V de Bourbon, roi des Espagnes et des Indes (1643-1746)

Le Grand Dauphin a trois fils, le duc de Bourgogne, d'Anjou et de Berry.
Charles II d'Espagne n'ayant pas d'héritier, la Couronne d'Espagne sera donnée au duc d'Anjou.
L’Espagne est alors un Empire de vingt-trois royaumes. L’Empire est certes un peu fatigué, mais il est l'Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais.
Le Grand Dauphin et ses trois fils : les ducs de Bourgogne, d'Anjou et de Berry

Il quitte le château de Sceaux le 4 décembre 1700. Il ne parle pratiquement pas l'Espagnol.
A la frontière, se pose la question de l'habillement. Doit il s'habiller à la mode castillane, tout en noir avec une fraise amidonnée qu'on porte autour du cou la « golille ». L'étiquette est beaucoup plus rigide en Espagne. Pas de fleurs, pas de parfum, pas de lettres. Il arrive à Madrid le 3 février 1701. Toute la noblesse l’accueilli au Buon Retiro. Les rues avaient été tapissées de tableaux et d'argenterie. Les 100 premiers jours sont d'une tristesse infinie. Il se sent prisonnier sous le joug d'une étiquette à laquelle il n'a pas été préparé.

La guerre de Succession d'Espagne (1701-1714) n'a pas commencé. Mais la France a gagné contre la Ligue d'Augsbourg (1686-1697) et la France se sent toute puissante en Europe. Elle en profite pour imposer partout sa loi et notamment à travers le nouveau roi d'Espagne.

Marie Louise Gabrielle de Savoie, épouse de Philippe V

Une des erreurs de Louis XIV et de Madame de Maintenon fut de vouloir marier trop jeune le roi à une princesse de Savoie, la sœur de Marie Adélaïde de Savoie qui a épousé le Duc de Bourgogne. Les deux frères épousent les deux sœurs. Marie Louise Gabrielle de Savoie devient la nouvelle reine d'Espagne. Elle arrive avec une sorte de tutrice, la Princesse Orsini, née Marie-Anne de La Trémoille, princesse des Ursins qui a appris à Rome la diplomatie à tous les niveaux et qui se fait donner le titre de "Camarera Mayor". Elle est en quelque sorte la dame numéro un du palais.

Les dix premières années de son règne a été très difficile. La vie du roi a été menacée par les grands d'Espagne. L'Espagne était réputée pour ses poisons et le roi devait se méfier en permanence de tout ce qu'on lui apportait comme nourriture et comme vêtement. Philippe V comme ses deux frères avaient reçu une excellente éducation. Ils avaient tous les trois eu le même précepteur le Duc de Beauvillier, considérable seigneur qui est tombé sous le charme presque parfait de l'éducateur qu'était Fénelon. Éducation spartiate. Endurcissement corporel qui l'a beaucoup préparé. Il a eu aussi une instruction aussi formidable de s'opposer à tous ceux qui revendiqueraient le pouvoir autour d'eux. Ses cahiers de devoirs sont à la bibliothèque de Madrid. Nature solide et un esprit bien fait.

Son premier mariage a été providentiel. La rencontre a été très romanesque. Il s'était déguisé en chevalier. Elle boude la première nuit de noce mais tombe sous le charme la seconde nuit. La jeune reine était très mure pour son age. Elle prend la régence pendant que Philippe part à la guerre en Italie. Il est pris de mélancolie et de douleurs. Il rentre en Espagne et retrouve la santé. C'est un des premiers mari sentimentaux.


Marie-Anne de La Trémoille, Princesse des Ursins

En revanche la Princesse des Ursins est un handicap pour le roi et cette image lui suivra.

L'Espagne nourrit de nombreuses légendes noires. On a retenu l'épisode du « lustre sévillant ». Cinq années où la cour se transporte à Séville après le remariage du roi avec Elizabeth Farnèse. L'époque du grand ministre Alberoni. Ce sont les années où il perd ses deux frères, son neveu, son père le Grand Dauphin et son grand père Louis XIV. Après que son fils eut atteint 17 ans, il abdique en sa faveur mais celui-ci meurt. Il part pour l'Espagne profonde et il est atteint par l'angoisse à la vue des images de spiritualité dans la douleur de Pâques et notamment l'exhumation de Ferdinand III. Il anticipe la mort et devient la vanité qu'on lui montre.

Farinelli, protégé du roi et de son fils.

Grand ami de Farinelli, il est le fondateur des Académies. La musique lyrique est une force existentielle. Il créée la chapelle royale. Farinelli est pour lui à la fois dyonisiaque et religieux.